saison 2017

Minable!!!!! Imprimer

Depuis une dizaine d'années, les rendements baissent régulièrement. ils se sont effondrés en 2016, et l'année 2017 est pire encore. la principale raison est surtout d'ordre météorologique; on pourrait même dire climatique. En Vendée, les réserves phréatiques ne se sont pas renouvelées depuis juillet 2016. Nous sommes restés déficitaires jusqu'en aout 2017. Les gelées nocturnes de mi avril et surtout la canicule et la sécheresse qui ont sévi en juin et juillet au niveau national ont concouru à perturber considérablement les miellées. le miel vient du nectar qui vient de l'eau que la plante absorbe!!!!!
En conséquence, si nous avons dû interrompre les marchés pendant 2 mois en 2016 et 2015 par manque de miel, nous risquons fort de devoir les interrompre plus encore dans le courant de l'hiver, ou de l'automne même. Malgré cela, nous maintiendrons quoi qu'il en soit notre permanence à Sallertaine les samedi après midi. 
Côté miel, sur nos 4 grosses récoltes, nous avons perdu du volume de récolte sur le miel de printemps, par l'effet du gel qui a stoppé la saison pourtant bien partie depuis mars, puis sur les prairies par la sécheresse directement. Le toutes fleurs a été réduit indirectement par la sécheresse, car il y a eu un bon potentiel de miellées mais les colonies ont été cassées dans leurs dynamique de population le mois précédent, les pollens ayant été rendus moins appétant pour les abeilles en étant grillés. La récolte de châtaignier a été complètement nulle quant à elle!!!! Pour les récoltes secondaires, aucune sur Noirmoutier, rien non plus sur le tilleul et l'aubépine, les autres ont été revues à la baisse également. Nous n avons pas trouvé cette année de zones à coriandre ou aneth comme les années précédentes. En revanche, nous avons pu profiter d'une très bonne miellée sur phacélie et sur le sarrasin pour 3 des 5 ruchers installés à cet effet. Il y a eu pas mal de sarrasin semé cette année car la sécheresse de 2016 n'avait pas permis de semer toutes les surfaces en colza et blé sur l'automne. A contrario, l'automne 2017 est propice à une flambée des surfaces colza pour 2018..... espérons qu'elles ne seront pas asphyxiées par l'excès d'eau cet hiver!!!!!!!!!! 
D'un point de vue apicole, le risque principal est donc bien d'ordre météo-climatique, suivi par les problèmes liés au varroa, mais ce facteur est sous contrôle. viennent ensuite les pressions par le frelon asiatique en octobre, sous contrôle également, à condition d'investir dans des grilles d'entrées anti frelons et transvaser les corps de ruche "antivol", trouées, par des corps de ruches tout beau tout neufs et bien étanches pour une meilleure défense. cette année, leur pression est globalement moins forte, à quelques exceptions près. C 'est seulement en 4eme position que l'on place la problématique phyto. On n'a pas eu à s'en plaindre cette année.
Du coup, il nous a fallu casser encore des marchés, mais cette fois ci en plein mois de juillet, pour produire beaucoup plus d'essaims que d'habitude, pour compenser économiquement les pertes de production de miel (-50%). Avis aux amateurs, ou pro!!!!! 
remonter en haut de la page